Ce que Lescot a fait de bon (suite) par Charles Dupuy

LE COIN DE L’HISTOIRE

  • Ce que Lescot a fait de bon (suite) par Charles Dupuy

On retiendra que c’est Élie Lescot qui a pratiquement ouvert le « champ » canadien, vaste pays francophone, à la diplomatie haïtienne. C’est à l’invitation du gouvernement du Canada que le président Lescot, à la tête d’une délégation de neuf membres, débarquait le 6 octobre 1943, à Ottawa. Le lendemain, le Premier ministre canadien présidait un déjeuner offert par le président d’Haïti. Le 8 octobre, Lescot et sa suite étaient accueil lis à Québec par le lieutenant-gouverneur, le Premier ministre Adélard Godbout et le maire de la ville.

C’était la première fois de toute son histoire que la province du Québec recevait un chef d’État étranger. Lescot rencontrera le cardinal Villeneuve et se verra décerner un doctorat honoris causa par l’Université Laval. À la collation du diplôme, Lescot s’en prendra «à la bête immonde et apocalyptique» que représentaient les puissances de l’axe. Cette visite devait produire les plus heureux résultats. En décembre 1943, le gouvernement du Québec envoyait en Haïti une mission économique dirigée par le ministre du Commerce et de l’Industrie, Oscar Drouin. De son côté, Haïti ouvrait un consulat général à Ottawa, nommait un ambassadeur itinérant auprès du Canada et un attaché culturel à Québec.

Un peu plus de dix ans après, Lescot, le 11 février 1955, c’était au tour du président Paul Magloire de se rendre à Québec. Lorsqu’il entra au Parlement, c’était la première fois qu’un chef d’État étranger entrait dans cette enceinte et, comme s’ils s’étaient donné le mot, tous les députés se levèrent pour l’applaudir à tout rompre. Maurice Duplessis, le Premier ministre de l’époque, présenta Paul Magloire à ses collègues en s’exclamant : «Haïti est le pays à imiter ! Ils ont électrifié l’île au moyen de l’hydro-électricité et ont attiré les touristes du monde entier lors de l’exposition internationale de Port-au-Prince, en 1949».

Moins d’une décennie plus tard, le Québec entreprenait la construction d’une des plus colossales infrastructures d’hydro-électricité de la planète et, en 1967, organisait l’exposition universelle de Montréal. C.D. coindelhistoire@gmail.com (514) 862-7185.


cet article est publié par l’hebdomadaire Haïti-Observateur, édition du 29 juillet 2020, VOL. L, No.29 – New York, et se trouve en P. 3 à : http://s-dd.ca/wp-content/uploads/2020/07/h-o-29-juillet-2020.pdf