Un hôpital créé pour soigner des officiels seulement par Léo Joseph

LE CORONAVIRUS FRAPPE DIRECTEMENT LE CABINET MINISTÉRIEL

  • Un secrétaire d’État vient de succomber
  • Un hôpital créé pour soigner des officiels seulement par Léo Joseph

La pandémie de la COVID-19 vient de faire sa première victime parmi les membres de l’équipe Moïse-Joute, un événement tragique qui prouve que les autorités du pays ne disent pas toute la vérité par rapport à la maladie. Non plus l’existence d’un hôpital ultra moderne créé pour soigner exclusivement les membres du gouvernement et leurs amis triés sur le volet.

En effet, Emmanuel Cantave, secrétaire d’État aux Affaire sociales, qui est également président de l’équipe de foot Aigle Noir, est décédé le matin du mardi 9 juin, dans un centre hospitalier situé à Delmas 2, une institution mise à profit récemment, préposée à la prise en charge exclusive des membres du gouvernement en place infectés au coronavirus. Il était déclaré infecté des jours auparavant.

Membre fondateur du parti politique «Ansanm nou fò» s’inscrivant dans la mouvance Lavalas, M. Cantave a été nommé à la tête de la Secrétaire rie des Affaires sociales, au sein de l’administration Joseph Jouthe, au mois de mars. Sa présence dans le Cabinet ministériel a duré que l’espace de trois mois seulement. 

À noter que, déclaré contaminé en catimini, Emmanuel Cantave a été acheminé à l’hôpital, les autorités du pays ayant décidé d’entourer du plus grand secret la progression de la maladie dans le pays. Le cas de Cantave réfère aux autres officiels du gouvernement dont les cas ne semblent pas faire l’objet de traitement dans les statistiques relatives à la COVID-19. En Haïti, si d’aventure les cas de contamination d’officiels sont admis par les autorités les dossiers restent scellés, jusqu’à ce que guérison s’en suive. Si la victime ne survécut pas, alors tout le monde saura qu’il est décédé. Mais les dirigeants donnent le minimum d’informations possible, parfois se gardent même de lier le mal dont souffre l’officiel en question au virus de cette pandémie.

Dans cet ordre d’idées, le cas de Fritz William Michel vient sur le tapis. Le Premier ministre nommé par Jovenel Moïse, sans être jamais ratifié par le Parlement, était tombé victime de la COVID-19. Hospitalisé en tapinois, il vient de quitter l’institution où il était interné sur fond de silence sur les conditions de son hospitalisation et le nombre de jours qu’a duré le traitement qu’il a reçu. Aussi bien sur l’identité du centre hospitalier qui l’avait accueilli. 

Sorti de l’hôpital, Fritz Michel a émis une note de presse, qui a été diffusée hier (mardi 9 juin), et dans laquelle il confirme les rumeurs relatives à son infection au coronavirus. Il a précisé que «Au cours du mois de mai, suite à des symptômes habituellement associés à la pandémie de Covid 19, j’ai été testé positif», a-t-il déclaré. Plus loin, dans la même note, il a précisé qu’il a été interné, durant cinq jours, dans un hôpital public, avant d’être autorisé, précise-t-il encore, à continuer le traitement en confinement à domicile. Toutefois, il n’a pas identifié le centre hospitalier public qui l’avait reçu.

Par contre, il semble qu’il y ait méprise, dans le cas du secrétaire d’État défunt Emmanuel Cantave, dont l’hôpital qui l’avait reçu a été identifié comme étant le centre hospitalier spécialisé de dernier cri situé à Delmas 2. 

Sur ces entre-faits, des sources proches du pouvoir ont révélé que celui-ci se montre avare d’informations relatives à ce centre hospitalier, qui a été créé spécialement pour soigner les membres du gouvernement, et ceux qui y sont référés par les autorités. Voilà pourquoi Fritz William Michel s’est ingénié à passer sous silence l’existence de ce centre hospitalier.

Ces mêmes informateurs ont ajouté que les membres du grand public tombés victime de la COVID-19 sont envoyés à l’Hôpital universitaire de Mirebalais, institution financée à cent pour cent par la communauté internationale. 

Le même jour qu’a été annoncée la mort d’Emmanuel Cantave, on a appris également le décès du père du président directeur générale (PDG) de Radio Caraïbes FM.

Le même jour que la nation a été informée de la mort du secrétaire d’État aux Affaires sociales, a été annoncé le décès de Jean-Marie Aristhène Moussignac (surnommé Thène), père de Patrick Moussignac, le patron de cette station. Les révélations qui ont été faites autour de la mort de Thène Moussignac font croire qu’il est une victime de la COVID-19, qui se trouvait hospitalisé, d’abord à l’Hôpital Saint François de Salle, puis au centre hospitalier Bernard Mevs. Certaines rumeurs ont fait savoir que sa contamination à la pandémie n’avait pas été détectée à temps. 

Haïti-Observateur, le personnel et la Rédaction présentent leurs sincères condoléances au PDG de Radio-Caraïbes FM ainsi qu’à toute la famille. 

financement de cet hôpital ? Il faut alors questionner la provenance des fonds qui ont été utilisés pour financer cet hôpital. Quand on sait que Jovenel Moïse est un spécialiste dans le détournement de fonds publics, il faut immédiatement penser qu’il a, encore une fois, fait jouer la politique dite « déshabiller Pierre pour habiller Paul » pour trouver les fonds nécessaires à la construction de son hôpital. 

On se rappelle, en effet, quand il avait lancé sa Caravane du changement, sans avoir construit le budget de financement de cette initiative, il détournait les fonds alloués aux départements ministériels dans le budget, jusqu’à ce que les ressources disponibles se soient volatilisées. Là encore, il entretenait l’idée que Alberto Moreno, le président de la Banque interaméricaine de développement (BID) affichant une rare sympathie pour lui, allait aider au financement de ce projet. Surtout après que le patron de la BID eut jugé viable la stratégie de développement mis en place par Nèg Bannann nan. 

Mais, novice en politique et en matière de relations avec les institutions de la haute finance internationale, M. Moïse ne faisait que gober les illusions qu’Alberto Moreno lui faisait miroiter. Le chef d’État haïtien avait fini par comprendre que si le président de la BID allait vraiment délier la bourse, son gouvernement ne serait pas l’heureux bénéficiaire. Aussi vit-il ses grands espoirs s’évanouir. Voilà la Caravane du changement mise en gare où elle se trouve encore aujourd’hui, après plus de deux ans d’inactivité. 

Nulle part en Haïti n’a été évoquée la construction de cet hôpital, Tout laisse croire qu’il s’agit de ces projets personnels concoctés par l’équipe au pouvoir, dans le cadre de transactions permettant la surfacturation au détriment du peuple haïtien. De toute évidence, rien n’autorise à croire que les fonds destinés au financement de ces travaux fussent générés par l’aide externe. Dans pareils cas, les institutions internationales prêteuses ou bien qui octroient les fonds― transparence exige ― tirent les choses au clair, sous forme de contrat légalement négocié, au vu et au su de tout le pays. Mais, pour mener à bien une telle entreprise, Jovenel Moïse et son équipe ont dû puiser dans les fonds publics. D’où l’obligation de lancer une enquête afin de déterminer le vrai coût de la construction de cet hôpital. 

Selon ce qu’on a pu constater et apprendre du fonctionnement de ce centre hospitalier, la plupart des équipements et fournitures importés récemment, notamment achetés de compagnies chinoises, ont été acheminés à cette nouvelle institution. Construit dans les normes des hôpitaux modernes de classe internationale, dit-on, l’hôpital est doté de tout ce qu’il faut pour fournir des soins de qualité aux patients, qui sont exclusivement les hommes et femmes du gouvernement ou liés à la famille présidentielle et à leurs affidés.

En clair, les dirigeants du pays n’hésitent pas, comme dans tous les cas, d’ailleurs, à voler l’argent du peuple pour vivre confortablement ou bien pour grossir leurs comptes en banque, tandis que les masses populaires croupissent dans la crasse, en proie au chômage à la misère et à la maladie.

Voilà un énième scandale imputable à Jovenel Moïse. La Cours supérieure des comptes et du Contentieux administratif (CSC/CA) a encore du pain sur la planche


cet article est publié par l’hebdomadaire Haïti-Observateur, VOL. L No.22 New York, édition du 10 juin2020 et se trouve en P.1, 7, 16 à : http://s-dd.ca/wp-content/uploads/2020/06/H-O-10-juin-2020.pdf