Cartomancie Politique et Chiromancie de Prague pour Aspirant Russe en Haïti

DIPLOMATIE INTERNATIONALE & SOCIÉTÉ par Dan Albertini

  • Cartomancie Politique et Chiromancie de Prague pour Aspirant Russe en Haïti
  • Entre (). Métropolis 1994, Mont.QC : miky-Martelly seront-ils cités à comparaît…? Fermons ().

Moïse Jean-Charles tente par induction une cartomancie politique pour une chiromancie de Prague, en Haïti. Ascendance russe, comme onction économique au désert de JOMA [ici la chiromancie n’est plus divinatoire, mais une chirurgie russe de la main haïtienne]. La pègre russe veut-elle plus que Broadway NY, s’offrir un Cap en or d’abord, adieu Lisbonne.

La cartomancie est décrite dans l’encyclopédie comme étant un art divinatoire par usage de cartes, pour fin de bonne aventure. À celui qui en souffre de mauvaise, je rajoute pour l’esprit libre. L’image d’escorte de la diseuse est le plus souvent la boule de cristal ou le filtre. Mais la foi oblige, toute bonne diseuse ou tireuse de carte qui se respecte, s’armera de la photo de la toile de Lucas von Leyden mise en portrait du mystère (vieille de 1508, que l’on retrouve au Louvre, Paris), soit en arrière plan, soit encadrée, mur ou table, peu importe. La sociologie haïtienne des réformés interdit le discours, condamne l’usage sous peine de radiation. Effet singulier, c’est là où l’on décrit le mieux le phénomène de la chiromancie. De la cartomancie. Étonnant, car l’ignorance est soutenue, même pour la photo du bouc de Mendès réputée de diagramme de Baphomet (de préférence de la fertilité), en Haïti où l’on ne croise pas le tarot de Port-au-Prince malgré l’acte de l’indépendance. Dans le temps, le prince Moril Figaro et le 33e Fénelon Joseph possédaient le livre d’incantation, enchainé et cadenassé pour protéger la cité. En ville c’est le symbole de la terreur, Azazel vu en caricature, maitrisé dit-on par la haute décoration de la franc-maçonnerie. Idem, la chiromancie, autre art divinatoire présentée par postulat de pseudoscience. Peur sur la ville kita nago brûle, MJ-C s’est encensé.

Pourquoi cette entrée en matière dans un monde de pseudo politique ?

La cartomancie de Moïse Jean-Charles, contrairement à Lucas von Leyden que l’on croirait plus appropriée, étant donné son affection pour le Baphomet-isme (dixit sa femme en 2016), semble proposer un château de cartes russes comme nouvelle menace au quai des limbes de Murat. La mémoire de travail du sénateur depuis le temps de Moïse Jean-Charles renfermait déjà toutes les zones d’infertilité connues sous le nom scientifique de neuromythes. Même pattern que S Desras à qui nous avions conseillé de rester sénateur pour le plus grand bien de la République. Détrôné au scrutin passé, opacité sans mandat, MJ-C se cherche une théorie domino pour faillir en château de cartes comme atout politique après la ténébreuse et enivrante élucubration ayant pour cible le Palais National, l’argent en réserve de la BRH. Bravo, Vlad, tu as su créer à distance ce que Donald n’a su en Jovenel. Méfie-toi, l’Haïtien est superstitieux à souhait certes, protestant versatile dans la misère, mais aussi adroit au quai !

Évoquons là les rails de la raison, texte publié en 2013, où, j’ai conclu : imaginons un instant maintenant le sénateur Kerry actuel Secrétaire d’État, en discussion avec son homologue haïtien, Pierre-Richard Casimir. Qui sont les deux hommes en face, les deux administrations attachées aussi et, quel rapport, pour quel chef d’État ! Constat Dumont-Dumont : continuité ou l’histoire se répète-t-elle sans Desras sénateur ni MJ-C mais ici-là, avec l’amère Poutine ?

L’entrée en matière explique dans un contexte haïtien, la rare confusion entre la politique, la misère et le vaudou. Une forme d’immixtion soutenue par le déni dans le but d’obtenir. En fait, obtenir quoi, telle est la question vitale qui offre trop souvent la réponse de l’exil. René Théodore de son temps a si bien joué ce jeu qu’il était propriétaire de latifundium avant de s’exiler vers l’au-delà haïtien. En outre, les exilés du passé sont revenus mourir en Haïti, tandis que le détenteur du pouvoir est d’après la carte du ciel haïtien, parti pour l’exil. Moïse Jean-Charles rêve d’exiler Jovenel, mais craint de rentrer au Palais faute de nouveaux diables refusés aux élections de Privert [sa femme en était tellement effrayée qu’elle rêvait d’exil, version d’accompagnatrices à Montréal]. Rumeur, nous parlons du pays des vraies rumeurs, du peuple de l’imaginaire. …, n’est réel, ni Dieu ni diable, ni diplôme ni docteur ni sénateur. Aya est le sénateur par excellence qui se trouve aujourd’hui dans une position similaire au sénateur non assermenté que l’est Guy Philippe, depuis enfermé en prison malgré l’orage de certains de ses proches amis candidats aussi, à la radio. On l’appelle alors sénateur au même titre que Moïse Jean-Charles qui répond encore au nom de sénateur, mais de plus en plus dans son cercle rapproché, à président. Il est peut-être empereur occulte en zone nocturne, peut-être prince, il suffit d’un prophète tel Makenson pour le lui dire, mais un gangan ferait l’affaire. Ou, même un journaliste politicien ancien secrétaire d’État et diplomate éphémère qui se veut chercheur et diseur de bonne aventure sur le passé pour lui définir comment un Illuminati est passé par Milot pour lui offrir tel pouvoir. Avec Poutine. Alors, cette amitié nouvelle, subite, a un coût, et le coup de boomerang domino contre tarot. Je ne veux pas nuire à ce confort artistique, mais ce serait peut-être la théorie anticipée de l’artiste Gifrants qui les aurait vus au Cap-Haïtien dans sa jeunesse. Observation ou constat, la République cajole la barbe du diable sans le savoir, mais a peur de l’oncle Sam dans les limbes.

Quel gangan Moïse Jean-Charles a-t-il donc été visité pour croire pouvoir introduire un vieux rêve tsariste en Haïti ? Ne nous a-t-on pas dit que le général Avril, à l’époque, était le grand protecteur des communistes haïtien. Il devait visiter le clan Petit-Homme à Fontamara où se trouverait entre autres Jean-Claude Cator bras droit de René Théodore, Jean Akmed des Gaz propane… etc. Ce gangan lui a-t-il dit aussi que son email s’il est de Yahoo, d’Hotmail, de Gmail, d’Icloud ou de toute autre nomenclature, est susceptible de contrôle parasitaire par défaut comme dans l’affaire Snowden ? Moïse Jean-Charles était pourtant sénateur actif au moment de notre requête d’information auprès de tous les sénateurs sur le sujet de la dépendance numérique. Sur quelle base Poutine peut-il être un ami nouveau si les relations suggérées sont en dessous du niveau yankee pour lui, et au-dessus du niveau yankee, pour le nouvel ami russe qui fracassa les records d’intrusion chez tonton au point d’un enquêteur spécial sur le sujet ? Ougan, gangan, cartomancie, chiromancie, la longue entrée de Sourire Tabarre du rêveur de Milot, n’arrêtera certainement pas un agent d’information de  Vladimir Poutine. Si l’on parle de consommation abusive de Nexium chez Jovenel Moïse, le cachet de Moïse Jean-Charles depuis ses visites médicales en dehors du pays en dirait long.

Dilettante. Moïse Jean-Charles propose une autre forme de fardeau de la coercition sans les rails qui relient les deux bouts de l’île au préalable comme praxis établie. Moïse Jean-Charles a sûrement bien fait de remettre ses clés parlementaires à la fin de son mandat, c’est un fait. Mais il fait partie de la roue ovale d’un parlement sans racines décrite naguère. Sa mémoire de travail consisterait-elle à se saisir des fonds disponibles lors de sa menace d’invasion barbare sous prétexte de redistribuer l’or au pauvre, là où le besoin se fait sentir ? Lui seul possèderait la clé et la formule qui s’en suivrait alors. La République l’a échappé belle. Fou furieux politique croit-on Jean Bertrand Aristide, Moïse Jean-Charles en rupture a fait ses classes à cette école qui a chanté que le capitalisme est un péché mortel. Le coût du billet russe est trop cher, que Moïse Jean-Charles aille vivre cette amitié à Moscou d’abord. Fierté ou nationalisme, les modèles pleuvent de par le monde et ne se ressemblent pas.

Liban, un modèle vécu d’ailleurs. Inspiration, une mémoire parlementaire utile : Ghassan Tuéni rédacteur en chef d’an-Nahàr, député, vice-président de la chambre, vice président du Conseil, ministre de l’éducation/l’information, ministre des Affaires sociales, ambassadeur et représentant permanent du Liban auprès des Nations Unies. Il nous parle d’une guerre pour les autres dans un ouvrage publié par Jean-Claude Lattès (1985). Duvalier à Paris n’a su rien faire avant pendant après, le naufrage était définitif. R Gilot le niera pour mieux se conforter. 

La situation locale qui a suivi l’avalanche diplomatique prévisible en 2015 est si frivole, tant par le fait que définissait Dr. Robert Muggah Ph.D./Small Arms Survey, dans le rapport 2006 sur la gestion du désarmement, à savoir que l’Haïtien est menteur, que sur le plan en soi de l’avalanche qui n’a encore été désamorcée, incluant Moïse Jean-Charles qui fait partie de la problématique tracée dans l‘Avenir politique en Haïti ou qui prendra la tête de Lavalas que j’ai redit dans Mieux préparer 2021 évoquant l’Ambition Benoit (2012), qu’elle est versatile.

Voilà en fait l’essentiel de la présentation qu’il dénia par l’apologie d’un quotidien haïtien : Steven Irvenson Benoit se prépare pour des ambitions personnelles, soit qu’il découvre en évoquant tout en remarquant l’absence d’une intelligence politique nationale, soit parce qu’on découvre qu’il ne présente de défaut à ce jour. Mieux, il offre des garanties dans son évolution, en vertu même de la présentation-cadre du parlement : « un réservoir de compétences…». Donc pas de risque majeur de dévaluation politique. Il y aurait quelqu’un alors derrière ce sénateur qui a appris à fréquenter les luxes de l’exécutif, à l’époque où, beau-frère de président, il devait avoir accès tant au pouvoir qu’aux bons offices des flatteurs. Qui sait ce qu’il a pu entendre de là. Ce qu’il a pu apprendre aussi. SIB nous a ainsi donné raison en s’affirmant candidat, par la suite. Mais, comme le beau-frère président quand je disais que Préval n’est attendu nulle part, vers la fin de son mandat, Benoit non plus, comme candidat défait au même titre que MJ-C, n’y sont pas plus que Duvalier à Paris.

Je reprends ici ma conclusion de l’époque : notre travail dans la presse consiste à soulever tous ces points pour permettre au citoyen de prendre de meilleures décisions politiques. La mesure Steven Irvenson Benoit peut tout de même se mesurer dans le présent par une série de conférences-débats ou de soupers-bénéfices au coût d’un ticket d’entrée. Par exemple : qui viendrait le rencontrer au Club suisse de la Presse et pour quelle causerie, quel sénateur américain l’inviterait à discourir au Congrès, sur l’environnement, qui l’inviterait en Chine, ira-t-il pour une salle à moitié pleine au BCHM ou la commission sur l’environnement du Parlement canadien l’inviterait, le Brésil l’inviterait-il pour une causerie sur les quotas et sur la bourse du carbone ? Ce sont-là de bons baromètres qui peuvent démontrer l’intérêt et la qualité de participants, comme la valeur en douane du conférencier. Pourquoi donc serait-il présidentiable ? Mais nous réitérons : organisation avant tout. C’était là un avis en 2012.

Haïti s’est hélas retardé si je considère la 2e lettre ou constante Dumont-Dumont, du 28 août 2019, au président CM Cantave : des accusés au sénat. Époque : HAÏTI : La Série des Grands Procès de l’Histoire ou le mal-être d’un retard annoncé, publié le 6/11/2013. Je réitère, mon travail sur l’observatoire consiste à valser en tout point pour permettre au citoyen d’assumer de meilleures décisions politiques. La Mesure Moïse Jean-Charles à Calle de la Lomas 60313, reste piètrement sans variable : «rat des champs…, festin peu fortuné».

  • Détrôné : un rapport appuyé du trio Auguste/Henry+1 du CEP, tend à démontrer que MJ-C aurait perdu la présidence par manipulation de bulletins erronés, remontant à P-L Opont.
  • Décharge, je n’ai pas estimé opportun de contacter le sujet car il s’est publiquement expliqué.

cet article est publié par l’hebdomadaire Haïti-Observateur, édition du 4 septembre 2019 Vol. XXXXIX no.35, et se trouve en P.12 à : http://s-dd.ca/wp-content/uploads/2019/09/H-O-4-septem-2019.pdf