Des Activités Nocturnes Insolites à l’Aéroport Mais Gaté ?

Des substances non identifiées transportées à l’étranger….

  • DES ACTIVITÉS NOCTURNES INSOLITES À L’AÉROPORT MAÏS GÂTÉ ?

Que se passe-t-il, le soir, à l’aéroport international Toussaint Louverture de Port-au-Pince ? Des témoins ont rapporté que le principal port aérien d’Haïti bourdonne d’activités la nuit, sans qu’on sache ce qui y passe. Certaines gens avancent la théorie selon laquelle des étrangers, de concert avec les autorités haïtiennes, transportent « des minerais » hors du pays. Des sources concordantes ont indiqué que, quand tombe la nuit, des poids lourds font la navette entre l’aéroport international et une destination inconnue déchargeant des objets qui ressemblent à des sacs géants dont on ignore le contenu. On laisse croire que ces camions déversent les chargements qu’ils transportent dans des avions qui, une fois remplis, les transportent hors du territoire national.

Ces mêmes informateurs ont précisé que, généralement, l’aéroport est interdit à tous. Personne ne peut y pénétrer sans une autorisation spéciale. Selon toute vraisemblance, raisonne plus d’un, les activités clandestines qui y sont menées ainsi le soir doivent recevoir la bénédiction des autorités.

Les gens qui prétendent avoir observé ces activités nocturnes à l’aéroport pensent que les acteurs sont des Haïtiens ou bien des étrangers qui connaissent bien le pays et le terrain, dans nos campagnes, et qui y séjournent même, s’étant mis à couvert durant la journée pour reprendre les travaux le soir. Dans l’esprit des informateurs, il y a fort à parier que ces ouvriers nocturnes sont liés au pouvoir en place et travaillent de concert avec les décideurs du pays.

Cela fait déjà des années, on parle d’étrangers accompagnés d’Haïtiens qui effectueraient des travaux d’excavation dans la région du Plateau-Central. Il semble, d’après ce qu’on raconte, qu’ils passent toute la semaine à la campagne et ne viennent que rarement à la capitale. Selon toute vraisemblance, les activités constatées la nuit, à l’aéroport, pourraient être liées à ces hommes travaillant loin de la capitale la journée et y viennent le soir pour transporter « les terres extraites du sol » à l’étranger où serait effectuée la séparation des substances précieuses de la terre.

En Haïti, des gens pensent que les autorités tèt kale ne seraient pas innocentes dans une telle affaire. Certains croient dur comme fer que si les gens au pouvoir en Haïti ont le toupet de voler les fonds PetroCaribe, à la barbe du peuple haïtien, sans se soucier d’avoir de comptes à rendre pour leur forfait. De ce fait, ils ne reculeront devant quoi que ce soit pour ramasser des millions. Dans cet ordre d’idées, il semble que, non contant de dilapider les ressources du pays, ils soient allés chercher des experts voleurs d’outre-mer pour les aider.


cet article est publié par l’hebdomadaire Haïti-Observateur, édition du 10 juillet 2019 No.27, et se trouve en P.1, 15  à : http://s-dd.ca/wp-content/uploads/2019/07/H-O-10-juillet-2019.pdf