L’affaire Des Étrangers Arrêtés et Relaxés Sans Procès Ni Amende, Suite2

DIPLOMATIE INTERNATIONAL ET SOCIÉTÉ Par Dan Albertini

  • L’affaire Des Étrangers Arrêtés et Relaxés Sans Procès Ni Amende, Suite2 de :
  • Dessalines est-il revenu d’outre-tombe crier revanche par personne de Jovenel Moïse ?

Entre (). Michel Martelly a-t-il menti en disant à qu’il a toujours été l’animateur vedette depuis les kermesses même chez les sœurs à Ste. Rose de Lima ? Ti Raoul Denis était la vedette et une fois le fils de Gérard Martelly avec un groupe de flûtistes en a été. Fermons (). 

En rappel : l’affaire Jason Zeke Petrie/Steven Shaw et des militaires démobilisés.

Si je prends la précaution de me renouveler en disant que ce n’est pas un certifié, mais une interrogation contre toute attente, de toute évidence celle-ci n’est pas un rejet non plus. Je dois en outre y revenir de ce que j’ai retenu d’une lecture récente à l’IADB. C’est-à-dire, un fait inavoué du bureau du président Jovenel Moïse en l’occurrence. Le ministre de la Défense est fonctionnel en matière de récupération depuis la visite de l’ex-sénateur Jean Rodolphe Joasil comme titulaire (qu’il soit dit, venant d’une source inépuisable de ressources telles que décrites dans un libellé du Parlement (HT) laquelle institution j’ai souvent traité de Parlement sans racines, depuis l’exécutif de René Préval). Mais loin d’être opérationnel si je considère la visite du ministre de la Défense É. Joseph cité la semaine écoulée, qui signa le 29/01/2019 à l’Inter American Defense Board. Si le lt colonel Daniel Thériault a souligné l’apport externe privé pour la réalisation de ce document déposé à l’IADB, il y a lieu de s’interroger aussi sur la connexion mixte avec les étrangers stoppés lors de cette opération de la PNH, en fonction de la pratique découlant de l’exo-expert mercenaire. Raison : les déclarations guerrières de Moïse Jean-Charles (Pitit-Dessalines) suggéraient. Contexte : les déclarations de l’époque du sénateur Joasil, ancien militaire devenu ministre de la Défense, sur la sécurité du territoire, par rapport aux étrangers. De là, par extension de la protection du patrimoine nationale, de la sécurité, que constituent les fonds garantis de la BRH. Question : Moïse Jean-Charles a-t-il mis à risque la garantie financière du pays, par ses déclarations sur la redistribution de ce qu’il signifiait comme justice sociale entre le 18/11/2018 et le 7/02/2019 ?

En consultant l’ancien ambassadeur d’Haïti à Washington, cofondateur de H-O, R.A. Joseph, la notion d’intégrité du territoire et celle de l’intervention étrangère ont été en collision. En outre, Jovenel Moïse avait la responsabilité légale de protéger ces fonds. A-t-il alors soit : fait usage d’une cellule de l’Armée qui a fait appel à des mercenaires à cet effet, ou, a-t-il fait lui-même appel à ces mercenaires ? Et, en accord avec le gouverneur de la BRH, Jean-Baden Dubois ? Considérant de manière obligée l’affaire du 18 novembre qui a vue le drapeau noir rouge de Pitit-Dessalines érigé à Vertières. Donc, effet de causalité. Pourquoi la commission sénatoriale sur la défense nationale n’a-t-elle pas auditionné le chef d’état-major ni le ministre de la Défense ? La commission parlementaire (même institution) a auditionné le chef de la PNH, Michel-Ange Gédéon qui d’office n’est le porte-parole militaire ni celui du ministère de la Défense. J’ai alors posé la question à l’ancien colonel Himmler Rebu qui est ancien secrétaire d’État à la sécurité publique, conférencier à l’IADB pour les FADH, en octobre 1986. In texto.

Vous êtes un ancien colonel des FADH et si je ne me trompe, spécialisé dans la sécurité régionale. J’ai suivi avec beaucoup d’intérêts plusieurs de vos interventions à la radio, autour de la crise qui sévit en Haïti. Vous aviez approché les derniers événements à savoir la présence d’étrangers au pays, et d’armes dont le directeur général de la police disait ignorer la présence et l’origine. Ma question a rapport avec votre expérience optimale de militaire ayant vécu des événements politiques tragiques qui ont marqué l’histoire récente de la région sous un aspect diplomatique. Votre réponse serait reproduite intégralement en fonction de la question. Au besoin, nous renforcerons la compréhension par une consultation orale. Voici le résultat.

HR : ‹‹je suis d’accord pour répondre à vos questions››

Considération 1Si vous êtes encore un expert militaire actif [et] non contractuel de l’armée régulière (militaire) de la République d’Haïti.

Considération 2. Événement vu en dehors de l’aspect de sécurité civile qui concerne la PNH, les ministères de la Justice et des Affaires intérieures, l’USGPN.

Considération 3. Comprenons par là aussi que le DG de la PNHn’est pas porte-parole de l’Armée régulière en exercice, même s’il disait avoir remarqué des armes qu’il ne connaissait pas de son arsenal, ni certains uniformes.

Considération 4Vous aviez déjà été dans l’exercice de la défense militaire dans le passé.

Considération 5. Comprenons que l’Armée régulière (militaire) en exercice est réhabilitée dans les termes de la constitution en rapport avec le ministère de la Défense et dont le président est le chef nominal et non effectif, mais impliqué dans la défense de la nation.

Considération 6. Le chef Gédéon (PNH) convoqué au Sénat après les événements de juillet 2018 disait ne pas pouvoir parler de certains éléments stratégiques (discours masqué).

Considération 7. Que l’armée utilise au besoin des sentinelles perdues en avant-pointe.

Question : Aviez-vous donc remarqué, observé ou conclu, ou, étiez-vous informé par une source fiable ou rapportée, que l’armée régulière aurait été déployée soit par ses effectifs vitaux ou par des contractuels/réserves, dans le but de protéger la République, en dehors de ses casernes ?

HR : ‹‹j’ai lu les 7 considérations qui ont précédé votre question. Mon intelligence limitée ne me permet de répondre autrement à votre question. Je ne sais pas de quel pays vous parlez quand vous d’armée régulière…déployée en dehors de ses casernes, etc. autant d’éléments qui n’existent pas…en tout cas suivant ce que je sais. Si vous avez de vraies questions plutôt simples.››

Je dois préciser à ce stade que j’avais aussi en tête le fait qu’Himmler Rebu militaire avait été impliqué par le passé, avec Qualo/Biamby, dans le contexte d’une tentative de coup d’État militaire à l’occasion du pouvoir du général Prosper Avril, ce qui ne lui sied qu’en termes de rébellion armée et d’acte illégal, même si déclaré légitime par sa conscience. Ce sont des faits.

Mais, d’autre part, l’émission du 17 avril 2017 bon signal (Ocnam C Daméus assassinant l’innocence avérée de JJ Michel en faveur de Jovenel Moïse), E. César étalant le président qui tente ouvertement de militariser l’USPGN, par le propos d’apprenti dictateur.

La question est donc basée sur les considérations 5 et 7, proposées à Himmler Rebu : Jovenel Moïse est-il en quelque sorte Dessalines revenu d’outre-tombe pour défendre les intérêts du pays, ce malgré les apparences ?

Si oui, pourquoi alors le directeur de cabinet en la personne de Nahomme Dorvil refuse-t-il de nous répondre tandis que des ouvertures sont faites avec des journalistes étrangers ?

Sinon qui est-il dans la réalité de ces faits étalés ? Dossier à suivre.


cet article est publié par l’hebdomadaire Haïti-Observateur No. 21, édition du 22 mai 2019 et se trouve en P. 13, 14 à : http://s-dd.ca/wp-content/uploads/2019/05/H-O-22-mai-2019.pdf