Peur sur Ville-Bonheur quand Kim Force le Géant à s’Agenouiller au Vietnam

DIPLOMATIE INTERNATIONALE & SOCIÉTÉ par Dan Albertini

  • Peur sur Ville-Bonheur quand Kim Force le Géant à s’Agenouiller au Vietnam

Entre (). Le printemps de Paris s’en vient-il quand en Tunisie le monde a oublié la chasse à Ben Ali, là où Paris interdit courait au pas de charge pour alimenter les manifs, fragiliser le royaume de Ben ? Paris camoufla l’insécurité galopante depuis Chirac-2003. Elle transféra le poids de ses insatisfactions locales et le pigmenta à l’arôme de Tunis. Ben tomba malgré les nouveaux euros qu’il venait d’investir dans ces mercenaires africains, d’ONG dite internationale, hébergée au UN à Genève. C’est la mode de Paris c’est le Printemps de Paris, Aznavour n’est plus pour nous amadouer avec ces rimes tellement amusantes et culturelles, fermons-les ().

Quand Gilbert Lasnier, officier aéronautique GIS de l’Air Navigation Bureau de l’OACI m’a remis la clé USB contenant tous les résultats de la simulation de ce qu’il appelait ‹‹ le nouveau great circle ››, il ignorait que le scandale allait pénétrer les murs de l’organisation subsidiaire de l’ONU au plus profond. Il me demanda alors de détruire tout le contenu, avant de partir en vacances de fin d’année. GL avait disait-il, reçu l’impératif de tout détruire sur ses serveurs afin de faire disparaître l’instrument de la colère de Kim de la Corée du Nord, mais surtout de la peur de la Corée du Sud accusée de comploter avec l’OACI pour faire mal paraître Kim surnommé ‹‹ le rocket man ››. C’est à la même époque que j’ai rencontré le lieutenant-colonel Justin Niederer à l’OACI, que j’ai alors surnommé le GI des hurricanes.

La série d’articles publiés avait secoué les murs de cet édifice pourtant à l’épreuve de séisme, mais qui trahissait une peur. Laquelle ?

J’ai évidemment suggéré certaines données à Gilbert Lasnier, mais mon objectif était de mieux discerner la problématique des circuits de Boeing, d’Embraer, et d’Airbus par rapport la C Series de Bombardier qui a été vendue à celui-ci afin de décolérer Boeing et les Américains partis en guerre de subventions. Gilbert Lasnier n’aimait probablement pas la Corée du Nord, la plupart des autres États membres non plus, raison pour laquelle il s’investissait dans les calculs et données qui révélèrent que le potentiel rocket de Kim si elle visait New York, serait probablement abattu par l’armée américaine, mais au-dessus de l’Ontario et de toute évidence sur Ottawa et sur plusieurs de ses sites nucléaires que démontrait la simulation de Gilbert Lasnier. La peur régnait partout même chez Kim, car Trump tel qu’on le connait aujourd’hui, comme une boite de risques non calculés, et jurait de faire couler Pyongyang. Autre évidence, la Chine, le Japon lui-même et la Corée du Sud auraient été à risque aussi. C’était donc inacceptable, car le caractère dit-on belliqueux de Kim laissait présager une série de kamikazes tels autrefois avec le Japon contre Pearl Harbor. La diplomatie bilatérale canado-américaine s’est activée pour faire désamorcer Kim. Ce serait de toute évidence la première rencontre de Trump-Kim, l’an dernier. Trump, les US en fait le savent, ils n’en auraient rien, d’ailleurs Kim est une monnaie d’échange avec la Chine qui ne nie plus 2049. Entre temps le scandale m’a pénalisé une seconde fois dans l’objet du renouvellement de mon accréditation à titre de journaliste à L’OACI.

C’est donc cet homme, Trump, cette peur, qui rencontre une fois de plus Kim au Vietnam, ce sans objectif sinon de le calmer en l’approchant avec de vieilles formules datant de la chute du bloc de l’Est. Évidemment que j’ai écrit qu’il fallait neutraliser Kim, car je vis au Canada.

Cependant, cela se passe au moment même où le vice-président Mike Pence a pris la relève de du président en contravention avec le Congrès majoritairement D, surveillant rigoureusement les intérêts des Américains contre les folies du président en fonction. C’est donc pour cela que je me pose la question à savoir, quand le président veut s’enfermer à l’intérieur de murs inutiles, si ce n’est pas la peur qui tourne au ridicule quand on se sent dans un empire démodé, encerclé par des acteurs économiques que l’on souhaitait pour se mesurer en intelligence, mais que l’on s’abaisse à les suspecter de mauvaises intentions, c’est que le Ritalin aura fait son effet. D’où la question reformulée recentrée ainsi : Maduro Rira-t-il d’Envoi d’Américain là-bas quand la PNH en a Désarmé en Haïti ?

Il y a de cela près d’un mois que je traitais du sujet de Kagamé en Afrique, et, en Haïti, diplomatiquement par le bras des UN. Une armée en exercice et des policiers en sus. Il peut disposer d’effectifs tout en garantissant la sécurité intérieure du Rwanda. Le cas de terroristes américains russes, et serbes mis en détention en Haïti, vient d’émousser la presse à travers le monde, elle en a fait le relais, mais sans s’en rendre compte d’un fait en apparence banal, mais qui revêt toute son importance. Une unité de patrouille alertée, en Haïti, a mis en échec des gens réputés lourdement armés dans une opération qui semblait louche. Ils ont été arrêtés et maitrisés malgré les craintes et les émotions leur prêtant un caractère exercé et dangereux. Mais non, la PNH les a bel et bien maitrisés. Ils ont en fin de compte quitté le pays à bord d’un vol régulier de la AA, vers Miami. La rumeur veut qu’ils aient été menottés à leur arrivée par l’US Marshall. Vers où : silence d’omerta. En outre, la preuve est faite désormais, si Caracas est mieux entrainé que Port-au-Prince, la surprise, la même surprise attend les délinquants de Trump envoyés pour Guaido. Imaginons une armée chinoise ou russe, ou même allemande. Mieux encore, Nord-Coréenne. Trump n’est en fait pas à la hauteur.

Si l’on interroge l’ancien DG de la PNH, en l’occurrence Mario Andrésol (denzel). Trouvera-t-on probablement une sueur politique à sa réponse puisqu’il doit se ménager entre la chèvre et le chou, c’est-à-dire, critique politique malheureux d’ancien candidat à la présidence tel son indic dans les colonnes d’H-O 20/02/2019, et en ancien GD de la PNH d’origine militaire, parti déçu d’incapacité, peu importe, dira-t-il si ses amis l’accueillent. En outre, ses lignes dévoilent malgré lui un génie organisationnel dont la formation permet de répondre tacitement à des terroristes étrangers sur un sol comme Haïti. Le support offert par plus d’un ancien chef ou marine d’origine haïtienne vivant aux US, à la PNH, est tout simplement du marketing de la peur pour le local et de la gloire pour l’exo. Le DG Gédéon aurait de quoi se rendre fier de son institution administrée et formée pour faire face aux défis, à la hauteur de spécialistes haïtiens de tout genre évoluant dans tous les domaines d’expertise à l’étranger, pour d’autres États souverains (Savannah, Bagdad, Kaboul). Ici les étrangers été neutralisés.

La question est simple dans le cadre de cet événement local. Le traitement de chez la quasi-totalité de commentateurs (radio ou télévision locale), ne négligeons le facteur : qui a peur ?

Quand les ondes haïtiennes accusent l’endogène de fuite, le sergent Vickers (GRC), qui avait stoppé le fou au Parlement tandis que la meute (sécurité) s’énervait sur une prétendue attaque jihadiste, a été médaillé honoré et fait ambassadeur en Irlande. Les 3 militaires (us) qui ont stoppé le terroriste dans le Thalys Paris-Amsterdam ont été décorés reçus français. Cette patrouille haïtienne de la PNH mérite-t-elle une médaille de la BRH d’abord, de la PNH ensuite, de l’État haïtien qui a offert la Grande Croix plaquée or, dans le temps à Clinton ? La PNH passera-t-elle sous silence ? L’ONU verra autrement ses porteurs de choléra en Haïti ?

Si le président Maduro gardien légal constitutionnel, la police vénézuélienne et même l’armée bolivarienne puisque c’est un acte commandité pour invasion étrangère sur le sol national vénézuélien, ne font pas arrêter Guaido soit pour crime contre l’État soit, pour crime contre la nation, même voie que se réclame d’accueillir le président Trump sur la frontière mexicaine par ses accusations d’intrus, d’exocriminels, la responsabilité de ce mal leur reviendra pour lâcheté et abandon de pouvoir. Maduro par ses pairs et par la coopération militaire doit agir.

Peur sur Ville-Bonheur, Donald J Trump est dans tous les sens, le menteur à genoux !


cet article est publié par l’hebdomadaire Haïti-Observateur, édition, du 27 février 2019 et se trouve en P. 13 à : http://s-dd.ca/wp-content/uploads/2019/02/H-O-27-fev-2019.pdf