Haïti confiné à une gestion diplomatique dominicaine par Dan Albertini

DIPLOMATIE INTERNATIONALE ET SOCIÉTÉ

  • Haïti confiné à une gestion diplomatique dominicaine par Dan Albertini

Entre (), Si le prochain débat électoral présidentiel haïtien risque de faire des vagues outre- mer, qui serait alors l’œil diplomatique étranger capable de rapporter chez lui, avec le plus de précision, l’issu de ces prochaines joutes ? C’est déjà l’objet d’une expertise inédite. Mais, à condition de ne tenter de truquer le scrutin tandis que PLO crie aux besoins de vingtaine de millions de dollars. C’est à son tour après GD. Fin de ().

Le quotidien 3 Diario de 3, 31 mars 2015 : « El Papa exhorta a López Rodríguez a seguir como cardenal varios años más» http://diariode3.com/el-papa-exhorta-a-lopez-rodriguez-a-seguir-como-cardenal-varios-anos-mas/. En bref le pape demanderait au cardinal de consacrer encore son temps à l’église. Voici cependant ce que disait ce cardinal autour des relations caustiques entre les deux voisins insulaires. RD. « Aquí mandamos nosotros, no Francia, ni EU ni nadie », signé Cardenal Lopez Rodriguez de Jesus. Lopez Rodriguez, qui signifiait ainsi la souveraineté de la R D. Pape François aurait-il flairé les ambitions cachées de cet homme d’église qui sait attiser le feu ? L’ambition serait-elle si démesurée pour un homme qui serait de préférence de la gestion du spirituel ? Cela aurait hors de tout doute imposé une gestion diplomatique de plus en plus réduite sur les bords du Quai Colomb, malgré l’arrivée du chancelier Dully Brutus. La diplomatie de la mendicité s’est réinstallée, ou devrait-on croire qu’elle a continué malgré une forte publicité des hommes roses?

Avant tout, tout ce qui arrive là, c’est la faute personnelle du président Martelly. S’il ne fuyait pas sa négritude, s’il ne s’investissait déjà ainsi, à travers ses chansons perverses, cela ne se- rait pas aujourd’hui. Haïti, qui devrait tracer hors de tout doute un exemple international sur la RD, une question de principe, n’a plus le temps d’étudier que dire de gérer. Plus, la Diplomatie haïtienne devait réclamer du Vatican le déplacement du cardinal Lopez Rodriguez vers un autre pays. Idéalement, nous disons nous-mêmes, vers New York, pour qu’il apprenne ce qu’est la négritude dans un état de droit, car la gestion du temporel n’est pas de son mandat. Si Pape François garde son cardinal, l’enverra-t-il alors à New York ? Le gouvernement Martelly-Paul ne risque de démontrer aucun pouvoir en ce sens avec le cardinal Langlois, qui s’insurge de préférence contre les autres religions en Haïti. L’on remarquera ses propos tendancieux qui semblent orienter vers un affrontement socioreligieux, en faisant croire à une instrumentalisation de la violence exclusivement contre les religieux en poste en Haïti. Cependant, Langlois reste et demeure muet face aux élucubrations politiques racistes de Lopez Rodriguez dans le dossier haïtien. La diplomatie haïtienne ne sortira certainement pas ainsi de l’auberge.

Analysons quand Martelly fuit sa propre personne. Le petit chanteur au chapeau borsalino se serait senti tellement antillais (KASAV) de la Martinique qu’il a vite enlevé la pilosité sur le crâne par manque d’estime de soi, pour se sentir « plus Blanc ». Toutes ces chansons transpiraient le fait. Son administration de l’État après… ans, je dois l’admettre aujourd’hui, est d’une évidence qui crève l’œil atrophié. C’est la source du malaise Martelly, qui se savait tout permis dans une société haïtienne qui patauge dans cette marre infecte du racisme ouvert. N’avait-il pas été, de suite après son installation, à Radio Canada, à l’étranger, pour accuser les parlementaires d’exercer une dictature parlementaire ? La Diplomatie haïtienne allait en pâtir. Lopez Rodriguez l’aurait compris, l’autre Rodriguez animateur de radio aussi. La plus haute instance judiciaire dominicaine l’a exécuté contre ses citoyens d’ascendance haïtienne quand Martelly n’a su fournir à cette clientèle aucun papier, faisant d’eux des Palestiniens-Haïtiens du monde arabe-domicain.

C’est ainsi que l’action de la R D est arrivé à un moment où elle sait pertinemment que l’État d’Haïti est complètement désarmé, car le gouvernement, à Port-au-Prince, est en contravention pour accusation de délinquance politique. De plus, l’action Lamothe a mis en quarantaine les axes d’expertise du pays en accaparant tous les pôles pour asphyxier l’opposition, a débouché sur le nouveau PM Paul. Cependant, Martelly et la RD auraient tout simplement oublié l’existence de la communauté haïtienne internationale qui s’exerce sur d’importants leviers décisionnels à travers le monde. Le candidat déclaré Clarens Renois devrait y penser dès maintenant. lovinsky2008@gmail.com


Cet article est publié par l’hebdomadaire Haïti-Observateur, édition du 1 avril 2015 VOL. XXXXV, No. 14 New York, et se trouve en P. 8 à : http://s-dd.ca/wp-content/uploads/2021/02/H-O-1-Avril-2015.pdf